Adams écrivait:
«Les tablettes de Bath montrent une polarité particulièrement tranchée dans la distribution des ordres OV et VO. Dans les principales, l'ordre VO est la norme... Dans les subordonnées en revanche, OV est la norme. Je ne connais aucun autre texte où la distinction entre propositions principales et subordonnées est aussi marquée de ce point de vue.» [1]

On peut simplement préciser que, dans le cas où il y a deux syntagmes post-verbaux, le thème à l'accusatif est toujours en position finale absolue, derrière un complément (vraisemblablement) plus thématique, comme dans l'exemple suivant: [2]
(Tab. Sulis 34): deae Suli Minervae Docca dono numini tuo pecuniam ...
'A la déesse Sulis Minerva. (Moi), Docca, je confie à ta divinité l'argent (que j'ai perdu)...'

Les accusatifs post-verbaux sont nombreux dans les autres tablettes et les contre-exemples rares. Voici les accusatifs en position pré-verbale que nous avons recueillis: [3]
(London RIB 7) Tretiam Mariam defico et illeus vitam et mentem et memoriam...
'Je maudis Tretia Maria, sa vie, son esprit, sa mémoire...'
(Lydney Park) Deuo Nodenti Silvianus anilum perdedit demediam partem donauit Nodenti
'Au dieu Nodens. Silvianus a perdu un anneau. Il (en) a donné la moitié à Nodens.' [4]

Intuitivement, dans ce type d'énoncé, l'objet est rhématique. Notons qu'aucun exemple ne contredit clairement le caractère rhématique du thème accusatif. Il n'y a pas, par exemple, de phrase principale nucléaire à verbe final où l'objet soit séparé du verbe par un élément rhématique, comme il le serait dans l'exemple hypothétique suivant
Deae Minervae Suli argenteolos sex Solinus donavit
'Solinus a donné six piécettes d'agent à la déesse Minerva Sulis' [5]

Mais la position post-verbale est ambiguë. Il peut s'agir

  • soit d'une phrase nucléaire à verbe final où l'objet post-verbal est (nécessairement) rhématique
  • soit d'une phrase nucléaire à verbe initial où l'object peut être thématique ou rhématique.

Nous détaillerons dans le prochain billet les indices permettant de sélectionner une alternative, avant de commenter dans les suivants l'ordre des mots dans les phrases votives en ut ou à verbe au subjonctif, et dans les subordonnées.

Notes

[1] J.N Adams, 'British Latin: The Text, Interpretation and Language of the Bath Curse Tablets', Britannia, 23, 1992, pp. 21-2.
Pour les principales, il cite 18 exemples: Tab. Sulis 5, 8, 10, 32.2, 32.4, 34, 35, 43, 44, 45, 57, 60, 61, 62, 65, 66, 97 et 100. Il n'y a pas d'exceptions.
Dans la tablette Tab. Sulis 10, l'objet est l'antécédent pronominal d'une relative (cf. aussi 57, 61): eum [qui caracallam meam involaverit] ('celui qui m'a volé mon manteau'). '
Mais l'objet pronominal semble encore moins étoffé sur la tablette Uley 55, où seule la suite en l'apposition lui apporte un peu de corps:
deo Mercurio Mintla Rufus donavi eos vel mulier vel..
'(Moi,) Mintla Rufus, je les ai donnés au dieu Mercure, qu'ils soient femmes ou ...'

[2] cf. aussi Tab. Sulis 32 (objet après numini tuo maiestati; 'votre divinité et majesté'), 33 (maiestati tuo; 'votre majesté'), 38 (tibi), 43 (tibi), 60 (tibi), 97 (in templum Martis; 'dans le temple de Mars'), Hamble (tibi, Niske, et Neptuno), Old Harlow (Essex) (tibi + tibi, Mercurius), Caerlon tibi, Uley 4 (Mercurio).

[3] On peut éventuellement noter un thème initial à l'accusatif au sein d'une proposition indéfinie sujet:
(Tab. Sulis 44.1 )[Aenum meum qui levavit] exconfixus est.
'Celui qui a volé mon pot en bronze est transpersé (= est maudit)'

[4] Le second Nodens est potentiellement thématique. Si la phrase nucléaire est à verbe initial, Nodens peut être thématique (voir le prochain billet).

[5] Le destinataire au datif peut être en position marquée (rhématique) pré-nucléaire.